La joie de Pâques :
une joie profonde, mais délicate à accueillir !

Plusieurs jours après l’extraordinaire nuit de Pâques au cours de laquelle nous avons accueilli 11 nouveaux adultes baptisés, certains d’entre nous sont peut-être déjà habités par la joie pascale : joie d’avoir célébré ensemble la Résurrection du Christ, joie du pardon reçu dans le sacrement de réconciliation. D’autres peinent sans doute à éprouver maintenant cette joie. Qu’ils ne s’inquiètent pas ! La joie pascale est une joie délicate à accueillir puisqu’elle vient de la visite du Christ dans les profondeurs de nos cœurs, dans les lieux où nous nous sentons seuls, où nous sommes blessés et sans espérance : il faut donc du temps pour s’y disposer.

Selon une tradition ancienne non écrite dont saint Ignace de Loyola se fait l’écho, au matin de Pâques, le Christ est d’abord apparu à Marie sa mère et, toujours selon cette tradition, il a eu besoin de temps pour la consoler, elle qui, tout en conservant la lumière de la foi, avait le cœur brisé. Parce qu’il nous faut nous aussi du temps pour accueillir la consolation du Ressuscité, l’Église nous offre 50 jours.

Pendant le temps pascal, nous sommes invités à accueillir la puissance transformante et vivifiante du Ressuscité. Comment ? En faisant des petits pas :

  • pour certains, ce sera de suivre le nouveau parcours proposé les jeudis soirs, le parcours “Se laisser renouveler par l’Esprit Saint” ;
  • pour d’autres, ce sera de venir rencontrer plus souvent le Ressuscité en venant adorer le Saint-Sacrement ;
  • pour d’autres encore, ce sera d’exercer leur liberté de baptisés en prenant des petites décisions concrètes (par exemple en poursuivant le Journal de gratitude initié pendant le Carême).

Nous marchons ensemble ainsi jusqu’à la fête de la Pentecôte le dimanche 9 juin prochain. Sur cet itinéraire, j’attire notre attention sur la solennité de Sainte Rita que nous célèbrerons comme chaque année le 22 mai prochain avec à nouveau une procession le soir dans notre quartier.

Oui, j’en ai l’assurance, pendant le temps pascal nous aurons l’occasion d’expérimenter la présence du Ressuscité à nos côtés, au coeur de notre vie quotidienne ! Nous pourrons goûter chacun la joie de la Résurrection. Alors, notre paroisse pourra attirer au Christ par son rayonnement !

Après la Pentecôte, l’année pastorale s’achèvera avec les confirmations des enfants, les départs en camps des scouts et la première messe d’un jeune prêtre ordonné pour notre diocèse. Autant d’occasions de nous réjouir de la puissance vivifiante du Christ dans notre communauté paroissiale.

Père Emmanuel Pinot, curé